Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Comment remédier aux effets de l’épidémie COVID 19 sur la jeunesse

Je suis intervenue, hier soir en séance, lors du débat sur les moyens de remédier aux effets de l’épidémie COVID 19 sur la jeunesse

La vulnérabilité des jeunes s’est fortement accrue depuis le début de l’épidémie COVID 19. Un an maintenant qu’ils sont confrontés à la solitude, à l’instabilité financière, ainsi qu’à un avenir incertain. La conséquence immédiate de cette épidémie fut l’adaptation.

Ils ont dû s’adapter à l’isolement qui a réduit l’accès à l’éducation pour certains, a affecté la santé mentale pour d’autres et surtout a conduit nombre d’entre eux à remettre en cause leur avenir. Pour redonner espoir et sécuriser notre jeunesse, donnez-leur accès à la vaccination, favorisez la mise en place d’une aide financière accessible à tous et toutes, favorisez la réouverture des lieux éducatifs et culturels.

Comme les aînés, les jeunes sont ceux qui sont le plus fragilisés par cette pandémie, pour ces derniers, il est urgent de renouer le lien social entre eux.

Sur un plan pédagogique, la vaccination permettra un retour à un enseignement interactif et accessible à tous.

Sur un plan social, la réouverture des universités, des centres de formation, des lieux culturels et des activités sportives, permettra les activités collectives et interactives salvatrices.

Sur un plan financier, la mise en place d’une allocation d’émancipation pour les jeunes permettra une stabilité et une sécurité face à la précarité grandissante.

La jeunesse est un temps de rencontre, de partage, de découverte. La construction et l’émancipation personnelles dépendent de ces quelques années ; elles se fondent sur l’altérité, sur les confrontations comme sur les communions. Le temps de la jeunesse est court, intense et irréversible. Il ne reviendra pas.

Une jeunesse confinée est une jeunesse perdue, une jeunesse gâchée.

C’est pourquoi J’ai demandé au Gouvernement, s’il allait pour la jeunesse

mettre en place une stratégie de déconfinement ?
autoriser la vaccination ?
mettre en place une aide financière accessible à tous ?

Et si, tout simplement, on leur demandait leur avis, à travers une large concertation, pourquoi pas une convention ? Ecoutons les enfin, redonnons leur confiance en l’avenir.
Quand pourrons-nous leur redonner une vie, quand pourrons-nous leur redonner la vie ?