Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Construisons ensemble les services publics de demain, au plus près des usagers

Dans les transformations en cours actuellement, résultant de choix politiques – la restructuration des finances publiques ou le regroupement des hôpitaux – ou bien résultant d’une conjoncture défavorable – le manque de médecins pour assurer une ouverture permanente de services d’urgences – je m’attache avant tout à la notion de services. Services déplacés ou restructurés, mais services réellement rendus pour les usagers. 

La société évolue, notre situation progresse. Cela nous impose de regarder vers l’avenir et pas en arrière. « C’était mieux avant » ? Je n’en suis pas sûre, et je suis même persuadée du contraire.  Alors au contexte d’aujourd’hui et de demain, il nous faut trouver des solutions modernes. Je suis progressiste et humaniste. Nous avons besoin de contacts humains. Quand le contact est supprimé, la situation se dégrade. Il nous faut trouver les bons échelons et la bonne mesure de ces rapports humains, et une société trop numérique et trop distanciée ne fonctionnera pas. Dotons-nous de services adaptés, avec des personnes qui seront le plus souvent possible les interlocuteurs des usagers.

Les solutions doivent être collectives. Il nous appartient, à nous, d’inventer les bonnes réponses à nos besoins et à ses évolutions. Les maires de nos communes sont les premiers experts de la situation. Ils connaissent et recensent mieux que personne les besoins de leurs habitants. Nous devons travailler avec eux. Nous avons également la chance de disposer de sous-préfectures. Au plus près des territoires et des citoyens, elles sont une chance pour pouvoir associer les usagers à l’organisation des services. Je milite pour que la concertation devienne l’usage courant des services de l’État.

Enfin, je demande aussi à ce que lorsque des services doivent être transformés, personne ne puisse ressentir de manque. Si un guichet est fermé, une agence déplacée, alors d’autres services doivent d’abord être mis en place. Il ne doit pas y avoir de rupture des services publics, mais plutôt une superposition avant la restructuration. Cela nous permettra de nous assurer qu’il n’y a pas dégradation des services sur le long terme.

Notre territoire est rural, montagneux et ces caractéristiques doivent être prise en compte. Mais c’est un territoire attractif et audacieux et nous saurons trouver les solutions pour qu’il le reste. Construisons ensemble les services publics de demain, au plus près des usagers.

marche du 28 sept 19 SPSamedi 28 septembre à Sisteron : déambulation auprès des maires du département.