Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Etat des lieux des droits des femmes dans le 04

Accélération et omerta des violences faites aux femmes, manque de prévention, d’accompagnement, de dispositif de soutien, impunité, accès à l’IVG en danger, reproduction d’une culture sexiste, misogyne, métiers précaires, genrés et invisibilisés, insertion difficile… voilà le tableau peint par les citoyens et citoyennes réuni·e·s ce jour lors du déjeuner sororité : état des lieux des droits des femmes dans le 04. 

En effet, les chiffres sont vertigineux. En France, tous temps de travail confondus, les femmes touchent 28,5% de moins en salaire que les hommes. 1 femme sur 3 travaille à temps partiel contre 1 homme sur 10. Chaque année, c’est 94 000 femmes qui sont victimes de viol ou tentatives de viol et près de 80 % des femmes handicapées qui sont victimes de violences.

Les territoires ruraux comme les Alpes de Haute Provence ne sont pas épargnés. Loin de là. Les femmes semblent être particulièrement isolées et le bafouement de leurs droits, un tabou persistant.

Pourtant, des actions sont en cours pour faire évoluer les consciences et les situations comme :

  • les deux jours de formation par an pour sensibiliser aux violences et à l’égalité femmes-hommes que Pôle emploi met en place pour le personnel, pour les élus au syndicat … ;
  • les statistiques locales que réalisent le centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) ; 
  • les ciné-débats et interviews de femmes invisibilisées qu’organise Femmes solidaires 
  • les interventions chez les scolaires lors de la journée internationale de lutte contre toutes les violences masculines faites aux femmes, le 25 novembre ; 
  • l’hébergement des femmes victimes de violence.

Pour continuer à mener de front ce combat pour rendre réellement effectifs les droits des femmes et l’engager de concert avec les acteurs et actrices locaux, cette première rencontre fût l’occasion d’évoquer de premières perspectives. Sont envisagés, par exemple, la création d’un bus culturel d’information sur les droits des femmes, l’accélération de la prévention et de l’éducation à l’égalité, à la vie affective et sexuelle à l’école via l’intervention de professionnel·le·s, la mise à disposition gratuite de protections périodiques, l’engagement de la culture comme levier de sensibilisation.

La nécessité de développer un réseau de proximité répondant à ce besoin criant de partage d’expériences, d’être ensemble pour se soutenir est unanimement partagée. C’est donc bien la mission que se donne ce premier comité réunit aujourd’hui : continuer la réflexion et élargir le réseau en allant chercher des femmes et des hommes, partout sur le territoire, et notamment des jeunes qui travaillent. 

Communiqué du 6 juin 2022