Delphine Bagarry

Delphine BAGARRY, députée de la 1re circonscription des Alpes de Haute-Provence. AGIR, ÉCOUTER et INFORMER !

Nupes #14 L’eau

En ce début d’année 2022, la sixième limite planétaire, celle du cycle de l’eau douce, a été franchie. Celle-ci comprend l’eau bleue (les rivières, les lacs et les nappes phréatiques) mais aussi désormais l’eau verte : les précipitations, l’évaporation et l’humidité du sol. Une ressource fondamentalement cruciale pour l’équilibre et la viabilité de la planète.

En cause ? La dégradation de nos sols par l’agriculture, l’urbanisation, la déforestation etc qui affecte directement le fonctionnement du cycle de l’eau en favorisant l’érosion, en limitant l’infiltration de l’eau dans le sol et donc le rechargement des nappes phréatiques.

Sécheresses, canicules, inondations, épisodes climatiques extrêmes, désertification des terres, répercussion sur le monde agricole … sont là autant de conséquences inhérentes.

Afin d’endiguer le dérèglement global du cycle de l’eau et du climat mais également d’assurer l’égal accès à l’eau, la Nouvelle Union populaire écologique et sociale entend : 

  • consacrer une « règle bleue » pour l’usage de l’eau et pour la protection de sa qualité ;
  • préserver les espaces naturels existants, les habitats et les espèces ;
  • restaurer nos sols grâce à une transition réelle vers l’agroécologie ; 
  • organiser une gestion 100 % publique de l’eau dans le cadre d’un service public décentralisé, articulé autour de régies publiques locales ouvertes aux citoyen·ne·s ;
  • inscrire l’accès à l’eau, son assainissement et le droit à l’hygiène comme droit humain fondamental ;
  • rendre effectif le droit à l’eau et à l’assainissement par la gratuité des mètres cubes indispensables à la vie digne et par la suppression de l’abonnement ;
  • instaurer une tarification progressive et différenciée selon les usages pour lutter contre les mésusages et les gaspillages ;
  • renforcer les effectifs de la police de l’eau présente sur tous les territoires pour contrôler plus strictement le captage par les industries d’eau en bouteille, et empêcher toute pollution industrielle ou agricole ;

Dans notre territoire où les agriculteurs sont en première ligne face à la sécheresse et au manque d’eau, où des communes manquent déjà d’eau comme à Seillans, à seulement une heure de Castellane, où le lac de Serre-Ponçon, il faut dès aujourd’hui se mettre au travail pour préserver l’eau et ses usages. La Nouvelle Union populaire écologique et sociale est prête à y répondre.