Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Les « oubliés du Ségur » : il faut mettre fin à une situation injuste

Partout en France, les « oubliés du Ségur » manifestent à l’appel de la CGT. J’ai reçu à ma permanence une délégation 04 CGT Santé Action sociale

La branche santé – action sociale de la Confédération Générale du Travail des Alpes de Haute-Provence est venue, ce mardi 15 décembre, manifester devant ma permanence afin de dénoncer une inégalité de traitement envers les personnels des secteurs social et médico-social, qui n’ont pas été revalorisés alors que ce sont des personnels soignants qui ont été en première ligne durant la première et la seconde vague du Covid-19. 

A cette occasion, j’ai pu leur manifester, à mon tour, tout mon soutien et leur dire que j’ai été alertée de cette injustice dès le printemps. J’ai également pu apporter à leur connaissance toutes les initiatives que j’ai menées pour les oubliés du Ségur, notamment en demandant que l’on débloque une enveloppe d’un milliard d’euros pour procéder dès le 1er janvier à l’augmentation de leurs rémunérations dans le cadre de l’examen de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2020.  Proposition rejetée par le Gouvernement et la majorité. 

A cette occasion, j’ai également pu porter à leur connaissance la question orale que j’ai posée, le 24 novembre, à Mme Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, concernant la revalorisation salariale des personnels du secteur médico-social et la réponse qu’elle m’a apportée : le Gouvernement a lancé avec les organisations syndicales et les fédérations des employeurs, ainsi qu’avec les départements, deux mois de travaux qui devront déboucher sur des propositions concrètes, en terme de revalorisation salariale mais également, sur l’attractivité, la pénibilité ou encore l’évolution professionnelle du secteur.

Pour autant, tant qu’il n’y a pas d’annonces concrètes suivies d’effets pour les « oubliés du Ségur », nous resterons, avec le Collectif EDS, totalement mobilisés à leurs côtés afin de mettre fin à une situation injuste. Il ne faut pas diviser les acteurs de la santé.