Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

L’information est un bien commun, réaffirmons-le

J’assistais ce matin à la conférence de presse de Paula Forteza et Matthieu Orphelin sur leur proposition de loi relative à l’indépendance des médias que j’ai co-signée. Alors qu’aujourd’hui 10 industriels, dont le métier n’a rien à voir avec le journalisme, possèdent 90% des médias français, il apparaît urgent d’interroger l’indépendance des rédactions, garante de la qualité et de la crédibilité de l’information, en somme, du pluralisme démocratique.

Comment prendre à bras le corps l’évolution du modèle d’affaires des médias traditionnels, fondé en grande partie sur la publicité ? Comment rendre aux journalistes leur indépendance face aux pressions du pouvoir politique et aux intérêts économiques ? C’est à ces enjeux démocratiques que la proposition de loi, inspirée des travaux de l’économiste Julia Cagé et du juriste Benoît Huet, tente de répondre en proposant un nouveau modèle de propriété des médias. Celui-ci repose sur 4 piliers : 

– une gouvernance plus démocratique qui intègre davantage les salariés et les journalistes et qui favorisera ainsi l’indépendance des rédactions ; 

– un droit d’agrément, qui permettra à l’organe de gouvernance de s’opposer à un changement non désiré d’actionnaire majoritaire ; 

– un renforcement de l’obligation de transparence sur la gouvernance et l’actionnariat ; 

– l’obligation d’un investissement minimal dans les rédactions pour limiter la recherche de rentabilité au détriment de la qualité de l’information.

La pandémie de COVID-19 a mis davantage en évidence le rôle essentiel des médias et des journalistes dans la transmission d’informations fiables. De même, les élections à venir nous font ressentir le besoin d’avoir accès à une grande diversité tant de sujets, de points de vue que de modes de traitement.

Un journalisme libre, pluraliste, indépendant et de qualité est un pilier de la démocratie. Mettre en lumière ce phénomène pernicieux de concentration c’est aussi réaffirmer le rôle central de l’information en tant que bien commun.