Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Lutte contre les violences sexuelles et sexistes, notamment sur les mineur·e·s

Lorsque que vous m’aviez fait confiance il y a un an pour vous représenter à l’Assemblée nationale, je m’étais engagée, comme le groupe majoritaire auquel j’appartiens, à travailler en faveur de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.
Le 25 novembre 2017 à l’occasion de la journée dédiée à l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le président de la République a déclaré que l’égalité entre les femmes et les hommes était la grande cause nationale du quinquennat.
Gouvernement et majorité s’y sont attelés et ont fait front commun en ce sens : dans tous les textes que nous examinons nous sommes très vigilants sur cette notion et je souhaite à ce titre saluer le travail utile et efficace de la délégation aux droits des femmes.

Pour autant, il y a un élément sur lequel nous devons rédiger une loi car il se trouve que notre arsenal pénal est insuffisant : les violences sexistes et sexuelles.
Avec la Ministre Marlène Schiappa, nous avons travaillé sur un texte contenant des dispositions fortes visant à protéger les femmes, visant également à renforcer considérablement les mesures de protection pour les mineur·e·s.
Désormais, notre arsenal pénal sera enrichi et prendra en compte la vulnérabilité des mineur·e·s parce qu’il·elle·s sont mineur·e·s, ce qui n’était pas encore le cas, et ce qui mettra fin au doute qui existait alors sur un éventuel consentement.
Plus aucun·e adulte ne pourra imaginer échapper à une condamnation pour viol ou une agression sexuelle lorsqu’il·elle aura eu une relation avec un·e enfant de moins de quinze ans. Dans le même état d’esprit, nous avons fait passer de 20 à 30 ans la prescription des viols commis sur les mineur·e·s.
Enfin, nous créons un nouveau délit, l’outrage sexiste qui permet de verbaliser le harcèlement de rue et le rend donc illégal.

Si elle est utile et protectrice, notamment pour les plus jeunes, cette loi n’est pas une fin en soi pour parvenir à l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et nous devons continuer à travailler avec détermination car ce sujet concerne tous les domaines de notre quotidien.