Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Ma position de vote sur la loi Asile et Immigration au terme d’un travail parlementaire personnel et collectif

Ma position de vote sur la loi Asile et Immigration au terme d’un travail parlementaire personnel et collectif

Delphine Bagarry à l'AssembléeJe salue les avancées du projet de loi, les mesures sur réunification familiale ou la volonté de diminuer les délais d’instruction de la procédure de demande d’asile, je salue également la volonté du gouvernement de revoir les procédures d’intégration, pour qu’elles soient plus efficaces.

Mais, mon positionnement sur cette loi ne peut pas être favorable en raison de reculs sur les droits des demandeurs d’asile notamment en matière de recours, des mesures de privation de liberté qui ont été durcies et du message politique porté par ce texte.

Ces dispositions sont contraires à ma conscience, à mon engagement idéologique.

Si nous avons permis de faire vivre le débat au sein de la majorité et participé, avec le Modem, par rapport à l’écriture initiale, à des aménagements, nous n’avons pas su influencer autant que nous l’aurions souhaité le groupe pour qu’il se prononce dans notre sens. Malgré tout, notre vision a su fédérer et nous avons montré que la diversité et la pluralité pouvaient s’exprimer au groupe LREM.

Par ailleurs, nous savons qu’un vote CONTRE la loi serait à contre-emploi; il signifierait la fin de l’échange avec notre groupe et nous sortirait de facto du dialogue qui s’établira au sein de la majorité lors de la seconde lecture du texte.

En conséquence, après plusieurs jours de longs débats dans l’hémicycle, mon choix n’est non plus de voter pour ou contre cette loi, mais un choix de positionnement par rapport à mon groupe parlementaire. Dans l’esprit de mon engagement en faveur de ce mouvement, je crois en sa vitalité nourrie par la diversité des parcours des personnes qui s’y engagent. J’en partage les orientations politiques générales, et parce que je veux continuer à y porter une parole constructive, à nourrir, avec d’autres, les débats, j’ai décidé de m’abstenir pour le vote de la loi à l’issue de la première lecture.