Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Nupes #11 Les services publics

Que reste-t-il de nos réseaux ferroviaires, de notre système de santé et d’enseignement ? Exigences de rentabilité, délaissement progressif des infrastructures, dématérialisation, méthodes managériales brutales, perte de sens pour les fonctionnaires, déconnexion avec les besoins réels des citoyen·ne·s, recours grandissant à la privatisation ou à l’externalisation etc. Le constat de la dégradation des services publics, et avec eux, de l’accès aux droits élémentaires est amère.

Pourtant, les services publics sont les garants de la cohésion sociale, de l’amélioration des conditions de vie et d’intégration des populations. Leur réinvention vers des services revalorisés, équipés de moyens humains et matériels à la hauteur des besoins, équitablement répartis sur le territoire, accessibles à tou·te·s et adaptés aux défis écologiques est primordiale.

Une nécessité qui résonne avec le programme de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale qui entend :  

  • Rouvrir des services d’urgences, des maternités et des EHPAD publics assurant un service de santé public de proximité à moins de trente minutes de chaque Français ;
  • Instaurer le « 100 % Sécu » en remboursant à 100 % les soins de santé prescrits et en intégrant les complémentaires santé dans la Sécurité sociale ;
  • Développer un service public des arts et de la culture en portant notamment le budget consacré à l’art, à la culture et à la création à 1 % du PIB par an ;
  • Instaurer la gratuité de l’enseignement supérieur, de la licence au doctorat ; 
  • Réinstaurer un service public national de l’orientation en y associant les régions ;
  • Agir pour la création d’une association sportive dans tous les établissements scolaires du premier degré ;
  • Créer un service public de la petite enfance : ouvrir 500 000 places en crèche et modes de garde adaptés sur cinq ans ;
  • Créer un pôle public des transports et de la mobilité, autour de la SNCF réunifiée et 100 % publique : réouverture des lignes ferroviaires du quotidien, réintroduction des guichets physiques et accessibilité des tarifs …

Les Alpes de Haute Provence, en tant que territoire rural est particulièrement pénalisé par ce phénomène. Il nous faut rouvrir la ligne de train Digne-St-Auban, ramener des services publics de proximité dans nos villages, réinvestir dans nos écoles et nos hôpitaux pour sauver nos services d’urgence menacés. Il nous faut, d’urgence, cesser cette triple rupture avec les citoyen·ne·s, avec les agents mais surtout, avec un avenir désirable, en sommes, faire primer l’intérêt général sur la rentabilité économique.



Communiqué de presse du 10 juin 2022