Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Pour une reconnaissance nationale du Théâtre Durance

Clef de voûte tant départementale que nationale de l’expression culturelle, le Théâtre Durance, de Château-Arnoux-Saint-Auban fait l’unanimité. Il fédère, rassemble les acteurs du territoire, les artistes internationaux, les publics éloignés (physiquement ou culturellement) et les élus de tous bords. Au vu de ses activités, la structure espère une vraie reconnaissance nationale, formalisée, se matérialisant par l’obtention du label de « scène nationale ». Une demande que j’avais d’ores et déjà fait remonter au ministère et à laquelle je réaffirme mon soutien aujourd’hui.

Fort d’actions multiples, le Théâtre Durance maille parfaitement notre territoire étendu et rural, souvent montagneux. Son taux de fréquentation est exceptionnel – 92 %de remplissage en moyenne par spectacle – et cela pour différentes pratiques, pour différents publics, avec des approches hétéroclites. Ainsi, pratiques culturelles innovantes et expérimentales côtoient des approches pédagogiques pour que les arts soient accessibles au plus grand nombre, aux personnes initiées comme aux publics appelés à découvrir. Le Théâtre Durance fait aussi la fierté de notre territoire. En zone rurale de montagne, dans un département peu peuplé et historiquement pauvre, l’influence d’une telle structure est très conséquente. 

Si nous sommes convaincus au plan local de la qualité de nos artistes, indigènes ou étrangers attachés à notre territoire – tels les écrivains Jean Giono ou Maria Borrély, les plasticiens Bernard Venet ou Andy Goldsworthy, les musiciens Alain Soler ou Raphaël Imbert, le cinéaste Luc Moullet – nous ressentons avec une immense fierté la notoriété nationale. 

Aujourd’hui arrivé à un seuil, le Théâtre Durance est à la limite de sa capacité d’action. Aussi, afin de continuer à développer ses activités, afin de continuer à fédérer les acteurs, il me semble très opportun qu’il puisse bénéficier de la labellisation demandée. Preuve de la reconnaissance locale de cette structure, les collectivités ont d’ailleurs, sans exception, donné leur accord pour accroître le financement lié à la montée en charge consécutif à cette labellisation.

Aussi, lors de la venue des représentants du Ministère et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, je serai attentive à ce que l’évaluation faite soit à la hauteur des enjeux. 

Communiqué du 19/10/21