Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Pourquoi j’ai voté contre le plan de déconfinement

Le plan de déconfinement, présenté cet après-midi par le Premier ministre, vient d’être approuvé par l’Assemblée nationale. J’ai décidé de voter CONTRE. Ce n’est pas un vote contre le plan du Gouvernement, mais c’est un vote contre la méthode, refusant de transformer ce qui aurait dû être un débat en vote de confiance.

Alors que le débat initial devait concerner la création d’une application de traçage des données Stop Covid, le Gouvernement en a, au dernier moment et sans en informer le Parlement préalablement, changé le contenu afin de le transformer en vote de confiance sur sa stratégie de déconfinement.

Cette méthode n’est pas respectueuse de l’Assemblée nationale et de ce fait, n’est pas respectueuse des 67, 7 millions de Français qu’elle représente et qui sont pourtant, dans leur grande majorité, exemplaires depuis le début de la crise. Les députés, prévenus tardivement de sa mise en place, ont dû néanmoins se prononcer sur une déclaration dont ils ont pris connaissance quelques heures avant le vote.

Un cadre plus large pour débattre était nécessaire tant le déconfinement suscite des attentes chez les Français privés de liberté, mais également de légitimes inquiétudes. Ainsi, si le Premier ministre a présenté de nombreuses mesures rationnelles, mesurées et adaptées, je regrette la méthode qui ne permet pas d’approfondir les nombreuses questions qui se posent.

Le déconfinement sera progressif et différencié, souple, pour s’adapter à la situation sanitaire et à la situation de chacun des territoires. Il se fera au plus près du terrain, et les collectivités territoriales auront un rôle central à jouer, permettant de faire un travail de dentelle pour sortir du confinement.

Malgré tout, de trop nombreuses questions demeurent : sur le confinement des anciens, sur les substitutions aux transports en commun, sur les recommandations du conseil scientifique, sur l’accès aux masques, sur le rôle que joueront les restaurateurs concernant leur propre déconfinement. Il était nécessaire de donner à l’Assemblée nationale la possibilité d’en débattre avec le Gouvernement, que la Chambre basse pose les nombreuses interrogations des Français.

L’apport du Parlement, c’est le débat, sa capacité à porter la voix de tous les Français et mettre au centre du débat public, leurs inquiétudes et leurs attentes. Parce qu’un vote ne répondait pas à cet enjeu, j’ai décidé de voter CONTRE.