Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Intervention dans le cadre de la réunion publique sur les Parrines

A l’initiative de l’Association de sauvegarde des Parrines, Les candidats aux élections législatives sur la première circonscription ont été invités à s’exprimer sur le projet de création du centre d’enfouissement en réunion publique à Château-Arnoux le 30 mai.

Chaque candidat a disposé d’un temps de parole de 10 minutes et a répondu aux questions des participants.

Retrouvez le texte de l’intervention de Delphine Bagarry:

« Je vous remercie d’avoir sollicité et invité les candidats à venir échanger avec vous sur le sujet des déchets et du projet des Parrines.

Je vous remercie de m’avoir permis de m’exprimer en premier et me permettrai de vous quitter avant la fin de votre rencontre pour aller à ma réunion publique qui se déroule à quelques mètres d’ici ce soir également.

Delphine Bagarry. Médecin à Riez, conseillère départementale des AHP depuis 2015 et la candidate de la République en Marche, donc de la majorité présidentielle, sur la première circonscription.

Il m’a été fait la remarque par certains d’entre vous de ne pas mettre spécifiquement en avant mes projets pour l’environnement lors de mes réunions publiques.

L’environnement est pour moi une valeur transversale qui doit être intégrée à tous les choix politiques, que ce soit dans le domaine de l’éducation, de l’industrie et du tourisme, de l’urbanisme ou de la santé.

La protection de l’environnement est une nécessité qui s’impose à tous car la survie de l’humanité en dépend.

Face à une problématique, les élus ont la responsabilité d’y répondre pour préparer l’avenir en proposant de la solution techniquement réalisable la plus respectueuse de l’environnement et la moins impactante pour les citoyens.

Dans le cas des Parrines, je reviendrai très brièvement sur la réponse que j’ai faite par courrier à l’interpellation de votre association, et que j’avais développé en 4 points :

1/ le projet avait été envisagé il y a de nombreuses années sur la base de projections qui ne sont plus d’actualité aujourd’hui.

2/ La nécessité aujourd’hui de prendre en compte le plan régional de la gestion des déchets confiés à la région et les nouvelles lois notamment celle de la transition énergétique, et l’émergence de solutions alternatives.

3/ Envisager avant de construire une nouvelle décharge l’augmentation en capacité du centre existant si besoin est

4/ La responsabilité politique et individuelle que je vais un peu plus détailler ce soir.

Bien entendu le projet ne peut pas être soutenu et poursuivi en l’état. Je suis opposée à ce projet tel qu’il est envisagé aujourd’hui et tous les candidats présents ce soir prendront sans doute la même position.

Il faut toutefois que nous ayons tous ici conscience que la problématique du traitement des déchets ne pourra être résolue sans effort collectif de réduction de leur volume et du tri.

Anecdote: je suis allée voir le conteneur à déchet de mon quartier jeudi soir – j’ai la photo si vous voulez. Il y avait directement visibles dans le conteneur des bouteilles en verre, des bouteilles en plastique, des emballages cartonnés et des déchets végétaux.

Si nous continuons à agir ainsi, la question de la création d’un Centre d’enfouissement dans le département restera d’actualité.

Il n’y aura pas de solution au traitement des déchets si nous n’adoptons pas individuellement et collectivement un comportement responsable.

Comme citoyenne, j’achète mes produits au marché et donc non emballés et issus de l’agriculture locale, je composte tous les déchets putrescibles, je pose dans les bennes de recyclage mes emballages et journaux. je produis avec ma famille moins d’un sac de déchets non valorisables par semaine.

Comme députée, je m’engagerai pour le développement de la collecte sélective et des filières de recyclage, pour la sensibilisation et la responsabilisation des citoyens, pour la limitation des emballages à la source et pour la préservation de nos espaces naturels.

D’autre part :

  1. Emmanuel Macron, le président de la République fait de la transition énergétique une priorité
  2. la présence de Nicolas Hulot au gouvernement est un gage d’engagement en ce sens
  3. la majorité présidentielle dont je ferai partie apportera des réponses à cet enjeu mais aussi à beaucoup d’autres!

Encore une fois, notre avenir et l’avenir de la planète en dépendent et vous pouvez compter sur mon engagement pour la protection de l’environnement ici actuellement dans le département et demain à l’assemblée nationale.

Je vous remercie. »