Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Rencontre citoyenne « Économie et tourisme »

Rencontre citoyenne à Gréoux-les-Bains le mardi 25 avril sur le thème de l’économie et du tourisme. Des échanges fructueux dans une ambiance conviviale sur un sujet essentiel à notre département. Des propositions concrètes pour un développement respectueux des patrimoines naturels et écologique et de l’agriculture.

L’intervention de Delphine Bagarry à Gréoux-les-Bains en introduction de la rencontre citoyenne:

« Dans notre Département, le développement économique est intimement lié au développement touristique, c’est pourquoi j’ai voulu lier les 2 thèmes dans cette réunion.

Quelques chiffres :

Il y a 2,4 millions de touristes par an (et surtout en été) dans les Alpes-de-Haute-Provence

Le tourisme génère 10% des emplois salariés des Alpes-de-Haute-Provence

L’activité touristique rapporte 750 millions d’€ par an c’est à dire presque autant que  les dépenses courantes des ménages du département qui sont d’environ 800 millions d’€.

Les principales filières touristiques sont le thermalisme et les sports d’hiver.

Le département des Alpes-de-Haute-Provence jouit effectivement de plusieurs atouts, ce qui en fait une destination privilégiée :

Par son climat et son bon ensoleillement toute l’année générant une qualité de vie excellente,

Par sa position géographique au carrefour des Alpes, de la Provence et de la Méditerranée, c’est quasiment le barycentre de la région PACA

Par ses espaces protégés qui couvrent la moitié du territoire : le Parc national du Mercantour, les Parcs naturels régionaux du Verdon et du Luberon, les Réserves géologiques de Haute Provence et du Luberon labellisées Unesco Géoparc

Par son riche patrimoine architectural et culturel

Par l’offre d’un large choix pour la pratique des activités de pleine nature (sentiers pédestre, équestres, VTT, escalade, sport d’eau vive, sport nautique, vol libre, aérodromes)

L’enjeu pour le département est majeur de préserver cette activité touristique, de la développer, et surtout que le développement se fasse en harmonie avec les autres activités économiques, en particulier l’agriculture, et en préservant le patrimoine naturel et écologique, les paysages.

Il s’agit donc de faire participer tous les acteurs économiques en synergie, en impliquant aussi les habitants.

D’une activité essentiellement agricole dans les années 70, on est passé à une activité touristique saisonnière. Les espaces naturels et agricoles sont plus que jamais à préserver pour que notre département reste attrayant. Ce sont eux qui fondent l’identité de nos paysages (des lavandes et des grandes cultures du plateau de Valensole aux alpages, cultures fruitières).

L’économie locale dépend de cette activité touristique dominante.

Il est indispensable de tisser des partenariats forts entre les collectivités, les associations, les entreprises et les citoyens pour qu’ensemble ils puissent valoriser nos richesses patrimoniales.

D’autre part il faut développer le tourisme non saisonnier : cela ne peut se faire que par des partenariat entre l’agence départementale du tourisme et la Chambre de commerce et d’industrie, pour assurer la promotion, mais aussi la structuration des acteurs pour assurer une offre de qualité toute l’année (création de l’agence départementale économique et touristique)

Cela va dans le sens des synergies d’action, de l’efficacité, de la cohérence et de l’adéquation entre les attentes des publics accueillis et des acteurs économiques.

Propositions pour notre département :

1/ soutenir les Parc Naturels Régionaux qui sont de vrais acteurs institutionnels du tourisme durable et de l’économie locale

2/ engager une politique forte de structuration des filières (à plusieurs on est plus fort, on a plus de moyens) avec l’aide et l’ingénierie des acteurs locaux (Agence de Développement touristique et économique) et continuer à développer les labels

3/ Tisser des partenariats forts avec l’Europe pour les projets de tourisme durable structurants, encourager l’échange des bonnes pratiques

4/ développer l’aménagement aussi bien des lieux de pratique des activités de pleine nature que les itinéraires cyclables (pratiques sportives du vélo ou pratique familiale) et notamment l’Eurovéloroute n°8 et les itinéraires de randonnée par exemple par le soutien de projets tels que « La Routo » (création d’un itinéraire de randonnée basé sur les anciennes drailles de transhumance de la Camargue au Piémont en valorisant patrimoine culturel, historique et paysager, projet financé par l’Europe)

5/ développer le thermalisme source économique importante, en favorisant le rapprochement et le partenariat entre Digne et Gréoux

6/ aider les stations de sport d’hiver à diversifier leur offre pour anticiper le réchauffement climatique et le défaut d’enneigement et développer les activités hors saison et autres que le ski.

7/ créer un fond d’aide aux entreprises touristiques avec une attention particulière aux territoires ruraux dont la richesse et l’économie dépendent étroitement du tourisme

8/ relancer le tourisme social : centre de vacances, colonies, camps sportifs… Associations culturelles, sportives, d’éducation populaire, de jeunesse, … Comités d’entreprise…

9/ promouvoir les chèques vacances et les bons vacances pour qu’un plus grand nombre de français ait accès aux loisirs et aux voyages. »