Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Restitution de l’état des lieux “Vie affective, relationnelle et sexuelle dans le 04”

J’étais représentée cet après-midi à la réunion de restitution de l’état des lieux “Vie affective, relationnelle et sexuelle dans le 04” organisée par Le Planning Familial et rassemblant de nombreux acteur·rice·s : @APAJH04, CIDFF Alpes de Haute Provence, @CEGIDD de Digne-Les-Bains, MDPH Alpes de Haute Provence 04, @AssociationAgateArmoise, @DRDFE, Mission Locale des Alpes de Haute-Provence, @MDA04, Département des Alpes de Haute-Provence .

Un état des lieux indispensable sachant que les Alpes de Haute Provence est le seul département de la région qui ne dispose pas d’Établissements vie affective, relationnelle et sexuelle (EVARS).
👉Les EVARS informent, accueillent, écoutent, orientent et accompagnent tous les publics sans distinction, sur l’accès aux droits et aux services en matière de vie et de #santé affective et sexuelle. Ils s’inscrivent ainsi comme des acteurs à part entière dans un parcours de santé sexuelle et dans la lutte contre les #discriminations.
❗️L’état des lieux pointe une offre de soins ainsi que des populations inégalement réparties sur le département, deux facteurs qui renforcent les problèmes d’accessibilité (temps de trajets longs, peu de transports en commun). Il révèle, en outre, l’obstacle que représente l’interconnaissance forte, propre aux départements ruraux. Si elle est une force dans la réactivité des professionnel·le·s à se mobiliser rapidement, elle représente un obstacle pour toucher les jeunes, qui craignent le manque d’anonymat sur des sujets liés à l’intime.

✔️Il émet, enfin, des propositions permettant de répondre à ces contraintes et aux besoin de notre territoire :
➔ Poursuivre et consolider la dynamique de réseau existante : initier une démarche collective de plaidoyer, améliorer la visibilité des actions menées auprès des différents médias, formaliser les procédures d’orientation, etc.
➔ Mener des projets en itinérance pour lutter contre la distance et l’isolement des usagères et usagers.
➔ Créer un annuaire ressource des acteur·trice·s engagé·e·s en éducation à la vie affective, relationnelle et sexuelle par thématiques, publics, territoires, en complément de dispositifs existants
➔ Etudier les outils numériques et leurs usages pour contrer distance, isolement et besoin d’anonymat (sites web, réseaux sociaux, visioconférences, débats à distance, etc.) en complément de dispositifs en présentiel
➔ Étudier et mettre en commun les formats de mobilisation et les techniques d’animation qui permettent de rassembler sur l’éducation à la vie affective, relationnelle et sexuelle
➔ Sensibiliser et former les professionnel·le·s du territoire aux contacts de publics à l’accompagnement et l’orientation sur les thématiques de la vie affective, relationnelle et sexuelle.

🗣 L’#éducation à la sexualité chez les jeunes est un outil majeur pour prévenir des violences de genre, lutter contre le sexisme et promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes et entre les sexualités. Ces lieux de proximité au contact direct des populations sont cruciaux. Je remercie grandement le travail d’analyse et d’enquête qui a été fait. Je resterai très attentive à la mise en œuvre des préconisations mais aussi à l’évolution du financement des EICCF/EVARS.

Pour un accompagnement de qualité, les actes de prévention doivent en effet sortir du sous-financement profondément lié à la dévalorisation du travail social. Les savoirs, les techniques et pratiques qui leurs sont propres doivent être reconnus comme des compétences et ainsi valorisés à leur juste coût.