Delphine Bagarry

Delphine Bagarry candidate aux élections Législatives 2017 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence

Médecin de campagne de profession, très attentive à la question du respect des droits des personnes, Je me suis engagée, dans mon métier et mes activités militantes, en faveur des droits des plus démunis.

Née le 9 janvier 1970 à Lyon, médecin urgentiste de formation, j’ai exercé à Château-l’Hermitage dans la Sarthe et, dans le même temps, je me suis engagée politiquement dans la commune de Saint-Christophe-sur-le-Nais où je fus conseillère municipale dans une ville dirigée par la socialiste Monique Royer.

En 2005, je décide de m’installer en libérale dans le bastion familial, à Riez, situé dans les Alpes de Haute-Provence. J’ai été conseillère municipale de 2008 à 2014 puis conseillère départementale, de 2015 à 2017, dans une majorité socialiste.

En 2017, investie par le Parti Socialiste et le mouvement En Marche !, Je suis élue députée de la 1° circonscription des Alpes de Haute-Provence, où j’ai rejoins le groupe La République en Marche et j’ai siègé à la Commission des Affaires sociales. J’ai quitté le groupe parlementaire le 2 mars 2020 et je siège dorénavant à la Commission des Affaires culturelles et de l’Education.

Sur les sujets de santé, dans ma profession, j’ai à cœur de répondre aux soucis d’accès aux soins, notamment des femmes. C’est pourquoi je me suis spécialisée en gynécologie médicale et notamment dans la pratique d’interruptions volontaires de grossesses médicamenteuse en ambulatoire. J’ai aussi fait une formation en échographie pour répondre à certaines urgences diagnostiques, exerçant dans un lieu éloigné des centres hospitaliers.

Mon engagement s’est toujours fait à destination des personnes en situation de vulnérabilité. Conseillère municipale, j’ai participé à la mise en place d’une cantine scolaire, au département des Alpes de Haute-Provence. J’ai présidé la commission des solidarités, plus particulièrement investie sur les sujets de dépendance, pour les personnes âgées et les personnes handicapées.

Je milite également pour une écologie du quotidien : déplacements, aménagements et préservation des patrimoines, patrimoine particulièrement riche sur notre territoire qui comprend un GéoParc, un parc national et deux parcs régionaux.  Je suis d’ailleurs très investie depuis 2008 dans le Parc naturel régional du Verdon dont j’ai été Vice-présidente jusqu’en 2014.

Députée, j’ai décidé de m’appuyer sur ses expertises issues de ces diverses expériences pour défendre les sujets qui me tiennent le plus à cœur. Je m’investit pour la réforme du système de soin français, je souhaite décloisonner les professions pour une plus grande coopération entre soignants. L’objectif étant d’offrir un bien meilleur accès aux soins pour les Français, libérer du temps médical utile pour les professionnels de santé et désengorger les urgences.

Je m’engage aussi sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur, les mineurs non-accompagnés, sujet auquel j’ai été confrontée dans mon mandat de conseillère départementale. J’ai produit un rapport présenté en novembre 2017 qui milite pour un accueille coordonné entre départements, respectueux de l’intérêt supérieur de l’enfant et demandant la suppression des tests osseux.

Investie pour les droits des personnes les plus vulnérables, je fais partie des députés qui, lors de l’examen de la loi asile, immigration et pour une intégration réussie, ont fait entendre une voix discordante, voulant s’assurer de l’accès effectif, et dans de bonnes conditions, au droit d’Asile pour les réfugiés.